Slideshow CK

Fil de navigation

Un Préfet fermé !

Alors qu'en début de printemps, conjointement avec "Environn'Mont-Blanc", nous demandions une entrevue avec le Préfet, un silence en retour nous était opposé. C'est la première fois qu'un Préfet nous ferme la porte. Ses prédécesseurs, Monsieur VIDELAINE et Monsieur DERUMIGNY nous ont toujours reçus. Par ailleurs, il semblerait que les Associations aient été écartées du processus de suivi et de propositions du P.P.A.

Cela n'est pas admissible.

On comprend qu'il soit plus confortable de traiter en douce avec les représentants des transporteurs français ou italiens qui, soit disant, se prévalent de la libre circulation des marchandises. Tant pis pour la santé publique. Et si l'Etat baisserait pavillon ?

Nous ne pouvons le croire. Il est vrai que le député SADDIER s'est accaparé les vraies fausses vertus du P.P.A sous l'aura du conseil national de l'air et localement du SM3A avec force communication. Peu importe...

Règlementairement le Préfet doit diligenter une évaluation du P.P.A début 2014, soit après deux ans de vie du plan. Pour cela une réunion préalable de suivi doit être tenue: Nous y serons sans doute invités. Puis une réunion du CODERST (Conseil de l'Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques) doit suivre. Après quoi Air Rhône-Alpes devrait procéder à une évaluation, un bilan en quelque sorte, selon les modalités qui lui seront proposées.

Nous restons disponibles et ouverts à toute participation et propositions positives: Nous continuerons à promouvoir et encourager les mesures intéressantes du P.P.A qui ont trait aux comportements individuels: Fonds-Air-Bois, non brûlage des déchets verts, respect des réductions de vitesse du 31 0ctobre au 31 mars, incitation aux transports collectifs. Mais nous ne lâcherons rien sur les mesures du volet transport transfrontalier, encouragés qui plus est par l'initiative des élus locaux.
Et comme nous sommes tenaces, voici une nouvelle sollicitation qui vient de partir en préfecture.

Monsieur le Préfet,

Nous revenons vers vous en ce qui concerne les mesures complémentaires du P.P.A à mettre en place à la veille de l'hiver 2013/2014.

De notre point de vue, suite à l'expérience du printemps dernier, et alors qu'à ce jour nous sommes déjà en infraction avec la loi (= 37 jours de dépassements aux PM10), il est absolument nécessaire de mettre en application l'ensemble des « 7 mesures essentielles » définies au P.P.A. Plus particulièrement celles relatives aux émissions polluantes des dyoxydes d'azote (NO2) du secteur des transports.

Dans notre courrier du 20 février 2013 et lors des réunions plénières nous faisions part de nos propositions ainsi que de notre désapprobation relative à votre décision de reporter à plus tard l'interdiction de circulation des camions T.I.R Euro 3 sur l'itinéraire du tunnel du Mont-Blanc. Interdiction qui était destinée à favoriser leur transfert sur l'autoroute ferroviaire alpine de Maurienne.

Or l'application effective de cette mesure au 1er novembre 2012 aurait eu un impact journalier très important sur la diminution de la pollution due au trafic des camions T.I.R. au pied du Mont-blanc = moins 47% des PM10 et moins 11% des NO2.

Nous ne comprendrions pas qu'à nouveau l'hiver prochain, ce type de camions T.I.R. ne soit pas éliminé du tunnel du Mont-Blanc.

Par ailleurs, nous vous rappelons que le seul rempacement des camions Euro 3 par des Euro 4,5 ou 6 ne sera jamais de nature à faire baisser cette pollution trafic. La véritable solution est le contingentement du nombre de camions T.I.R, tant sous le Mont-Blanc que sous le Fréjus, comme s'y était engagé le Ministre des transports Cuviller le 3 decembre 2012 lors de la conférence présidentielle franco-italienne sur la montée en puissance de l'autoroute ferroviaire de Maurienne(l'A.F.A.)
A ce jour, nous ne comprenons toujours pas que cet outil qui a coûté plus d'1 milliard d'euro à la collectivité et dont les ministres successifs nous promettaients monts et merveilles depuis plus de 10 ans, soit à ce point sous utilisé. Et que l'on ne vienne pas nous expliquer qu'agir de la sorte serait porter atteinte à la libre circulation des marchandises entre l'Italie et la France puisque nous ne faisons que substituer un moyen de transport à un autre beaucoup plus énergétivore et polluant. Ceci conformément aux bdirectives européennes en la matière et compte tenu du bilan 2012/74 produit par Air-Rhône-Alpes.

Dans l'attente de vos propositions relatives à cette mesure trafic particulière (ex T2), susceptibles de précipiter la réunion du Comité de suivi du P.P.A avant l'hiver prochain, veuillez agréer monsieur le Préfet l'expression de notre sincère préoccupation.

© Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc - 2017

TOUS DROITS RESERVES

MENTIONS LEGALES - PLAN DU SITE