Slideshow CK

Fil de navigation

leblancAir en Vallée de l'Arve : le pire est atteint.

Impossible de faire pire : avec un indice de qualité de l'air de 10 sur 10 sur l'ensemble de la vallée de l'Arve, sur une échelle de 1 (air satisfaisant) à 10 (air dangereux), le plus mauvais élève de France confirme son statut de cancre porteur du bonnet d'âne.

Rien n'y fait : ni le niveau d'alerte mis en place par le Préfet, ni ses recommandations, ni le contentieux européen et ses 30 millions d'euros d'amende, ni le Plan de Protection de l'Atmosphère, ni la mobilisation des Associations environnementales et des médecins, ni les mises en garde de l'Institut de veille sanitaire et de l'OMS.

L'air que nous respirons nuit gravement à notre santé. Les piqûres de rappel ne sont pas à la hauteur du mal, il faudrait un remède de cheval.

Le mal est connu, ne revenons pas sur le diagnostic, les PM10, le NO2, les HaP et autres gaz à effets de serre, les sources d'émissions et leurs effets sanitaires, les inversions de température. La vraie question est de savoir pourquoi aucune médication n'est prescrite.

La volonté politique en général, et celle du Département en particulier est inexistante sur le sujet:

Comment, député, s'occuper de la santé de ses administrés quand durant six mois on passe son temps à vouloir avancer des vacances scolaires de quinze jours, préoccupation vitale ?

 

Comment, député, responsable national des problèmes de l'Air, animateur des Assises de l'Air, s'occuper de la santé de ses administrés, quand on cède devant les lobbies préférant dénoncer le seul coupable du citoyen et son chauffage au bois ?

Comment députés, s'occuper de la santé de ses administrés, lorsque son énergie est dédiée à de viles manoeuvres politicardes pour des échéances électorales stériles ?

Comment conseillers généraux, s'occuper de qualité de l'air, lorsque la connivence est telle avec les lobbies et la société autoroutière de son territoire?

Comment l'autorité compétente en matière de protection des populations peut-elle jouer son rôle en l'état ?

La politique est-elle devenue à ce point irresponsable, sourde aux préoccupations d'urgence des concitoyens, au point de les laisser s'asphyxier la bouche ouverte, la main sur la carte électorale? Le court-termisme de nos députés et conseillers généraux haut-savoyards est il compatible avec la vue à long terme nécessaire pour développer, améliorer ou simplement mieux utiliser les axes de transports ferroviaires et de mobilités douces ?

Mesdames, Messieurs, il se pourrait bien qu'un jour vous ayiez des comptes à rendre, ne serait-ce que pour non assistance à personnes en danger.

© Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc - 2017

TOUS DROITS RESERVES

MENTIONS LEGALES - PLAN DU SITE