Slideshow CK

Fil de navigation

Réaction à l'article paru dans le Dauphiné Libéré du 28 juillet 2013

Ci-dessous notre réaction adressée au Dauphiné Libéré ou "les limites de la récupération politicarde à la limite de l'indécence".....

Chère Madame,

Dans votre article du Dimanche 28 juillet 2013 intitulé « Déjà 100 dossiers pour le Fonds air-bois » vous écrivez:
...
« Il y a trois ans, le Syndicat mixte d'Aménagement de l'Arve et ses abords (SM3A), présidé par le député Martial Saddier, dressait un constat bien triste pour la vallée de l'Arve : le chauffage individuel au bois était la principale cause de pollution de la vallée. L'idée qui a émergé était alors de créer un système incitatif pour que les résidents changent leur ancien apareil de chauffage »....

Les lecteurs de votre quotidien ont droit à une information ni tronquée ni soumise à quelque manoeuvre spécieuse que ce soit, même en période pré-électorale, où le député Saddier use de la récupération. Il ne se passe pas une semaine sans qu'on le voie dans vos colonnes ou sur les ondes vanter les mérites du SM3A qui aurait été à l'origine du PPA et qui en assurerait la mise en place. La vérité est toute autre:

« Il y a cinq ans, au vu des relevés et mesures d'Air APS, de l'inquiétude des populations de la vallée, de plusieurs articles de M. Cortay, l'ARSMB demandait au Préfet de l'époque M. Videlaine, la mise en place rapide d'un PPA car se posait un véritable problème de santé publique. Suite à notre insistance, au constat des organismes en charge de la surveillance de la qualité de l'air, aux réunions publiques organisées par l'ARSMB, le préfet Videlaine annonçait la mise en place d'un PPA. Monsieur Saddier y était opposé. C'est un nouveau Préfet, M. Derumigny qui organisait son élaboration sous forme de 13 réunions successives au cours desquelles des mesures de réduction des divers polluants étaient recherchées en présence du Préfet, des services de la DREAL, des services de Santé, de quelques acteurs économiques concernés, d'Air APS, de quelques très rares élus et de plusieurs Associations. L'ARSMB a participé à TOUTES ces réunions de travail et proposé, avec d'autres, des mesures sur les volets « résidentiels, industriels, transports » . A aucune de ces réunions de travail M. Saddier n'a été présent, ni aucun représentant du conseil municipal bonnevillois, ni aucun membre du SM3A. Ce n'est que lors des deux dernières réunions plénières que M. Saddier s'est manifesté en remettant d'ailleurs en cause bon nombre des mesures actées dans le PPA, notamment celles liées aux transports. Le PPA ayant été acté en février 2012 Le SM3A et son président se sont emparés du dossier avec force récupération communicante, prenant en charge la gestion financière du fonds bois, l'ADEME n'ayant pas le statut juridique pour ce faire, nous dit-on. Il en est de même pour le conseil national de l'air présidé aussi par M. Saddier qui a commencé à s'intéresser aux PPA du territoire national après que celui de la vallée de l'Arve ait vu le jour dans la douleur.

L'ARSMB et les autres associations qui ont beaucoup travaillé sur le sujet depuis 2010, ne tirent aucune gloire de la mise en place du PPA. D'autant qu'à leurs yeux, en l'état et en l'absence de mesures cohercitives et volontaristes, notamment sur le volet transports, ce PPA d'une durée de vie de 5 ans pourrait s'avérer inefficace sur le terrain. Les Associations ont donc joué leur rôle de lanceur d'alerte puis ont travaillé dans un souci consensuel pour l'intérêt général. Elles continuent en participant au comité de suivi de ce plan qui doit se réunir prochainement. En outre l'ARSMB est administrateur d'Air APS et d'Air Rhône-Alpes et de ce fait suit avec attention l'évolution de la qualité de l'Air en vallée de l'Arve et ailleurs.
Que Monsieur Saddier tire les marrons du feu, c'est de bonne guerre, mais l'outrecuidance a ses limites, l'opportunisme également.

Quant à M. Peillex, maire de Saint-Gervais et conseiller général, mis aussi en avant dans votre article, il s'est toujours opposé au PPA, et a toujours remis en cause les travaux d'Air Rhône-Alpes. Dernièrement il nous déclarait dans son bureau: « les associations n'ont plus à s'occuper de qualité de l'air. D'ailleurs il n'y pas de pollution en vallée de l'Arve, il y a seulement une pollution naturelle ».
M.Peillex devait récidiver en notre présence lors de la CLIS de l'usine SGL Carbon en juin dernier. Fort heureusement il a été recadré par le sous-prefet M. Bianchi. »

Veuillez agréer, chère Madame, l'expression de nos sentiments respectueux.

Chamonix Mont-Blanc le 29 juillet 2013.

© Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc - 2017

TOUS DROITS RESERVES

MENTIONS LEGALES - PLAN DU SITE