Slideshow CK

Fil de navigation

pollutionair14012014Les médecins de la vallée réagissent

Passy le 6 janvier 2014

Objet : pollution record en Vallée de l'Arve, Haute Savoie

Monsieur le Président de la République Française,

Veuillez trouver ci-jointe la demande signée de 86 médecins travaillant en Vallée de l'Arve (médecins généralistes, cardiologues, urgentistes...), une des vallées les plus polluées de France, concernant des mesures urgentes à prendre pour limiter l'exposition de la population aux PM10 et aux NOX, appuyant les associations citoyennes et de défense de l'environnement locales qui les demandent depuis des années.

En effet, cet hiver, le taux de 50 μg/m3 de PM10 (moyenne journalière) a été dépassé en continu du 28 novembre au 18 décembre (soient 21 jours), avec 16 jours en seuil d'information dont 11 en seuil d'alerte. Des pics à 130 en moyenne journalière ont été atteints, le record est donc battu !

leblancAir en Vallée de l'Arve : le pire est atteint.

Impossible de faire pire : avec un indice de qualité de l'air de 10 sur 10 sur l'ensemble de la vallée de l'Arve, sur une échelle de 1 (air satisfaisant) à 10 (air dangereux), le plus mauvais élève de France confirme son statut de cancre porteur du bonnet d'âne.

Rien n'y fait : ni le niveau d'alerte mis en place par le Préfet, ni ses recommandations, ni le contentieux européen et ses 30 millions d'euros d'amende, ni le Plan de Protection de l'Atmosphère, ni la mobilisation des Associations environnementales et des médecins, ni les mises en garde de l'Institut de veille sanitaire et de l'OMS.

L'air que nous respirons nuit gravement à notre santé. Les piqûres de rappel ne sont pas à la hauteur du mal, il faudrait un remède de cheval.

Le mal est connu, ne revenons pas sur le diagnostic, les PM10, le NO2, les HaP et autres gaz à effets de serre, les sources d'émissions et leurs effets sanitaires, les inversions de température. La vraie question est de savoir pourquoi aucune médication n'est prescrite.

La volonté politique en général, et celle du Département en particulier est inexistante sur le sujet:

Comment, député, s'occuper de la santé de ses administrés quand durant six mois on passe son temps à vouloir avancer des vacances scolaires de quinze jours, préoccupation vitale ?

Episode de pollution élevé

Si les conditions météorologiques et aérologiques de la fin d'été et du début d'automne ont été favorables à la dispersion des polluants en présence dans l'air que nous respirons, il n'en est plus de même depuis le 28 novembre 2013. Des épisodes de pics de pollution sévères se succèdent et perdurent. Rappelons que les inversions de températures en ces semaines anticycloniques ne font qu'accumuler les polluants en fond de vallée mais ne sont en rien génératrices ni de PM10 ni de NO2 ni d'ozone ni de gaz à effet de serre. Ce n'est pas le nuage stratus traçant la couche d'inversion qui est inquiétant, c'est ce qu'on trouve à l'intérieur.

Quel est le constat?

Nous voilà au 11 décembre 2013, à 45 jours de dépassements de la valeur journalière légale, alors que 35 est le nombre à ne pas dépasser. On se retrouve, après deux ans d'existence du Plan de Protection de l'Atmosphère au même point à la même époque qu'en 2011 et 2012. Deux ans durant lesquels nous dénonçons le manque d'ambition et de cohercition du dit Plan, en vain.

Plan de Protection de l'Atmosphère de la vallée de l'Arve (document conjoint "Environn'Mont-Blanc"-"ARSMB").

Le point par les associations, un an après son adoption – février 2013

Une zone particulièrement sensible

Les émissions dans la vallée de l'Arve ne sont pas plus élevées que la moyenne de la région Rhône-Alpes, mais la topographie et les phénomènes météorologiques peu propices à la dispersion des polluants en période hivernale, rendent cette région particulièrement sensible à la pollution de l'air.

Dépassement des seuils de pollution

Un Préfet fermé !

Alors qu'en début de printemps, conjointement avec "Environn'Mont-Blanc", nous demandions une entrevue avec le Préfet, un silence en retour nous était opposé. C'est la première fois qu'un Préfet nous ferme la porte. Ses prédécesseurs, Monsieur VIDELAINE et Monsieur DERUMIGNY nous ont toujours reçus. Par ailleurs, il semblerait que les Associations aient été écartées du processus de suivi et de propositions du P.P.A.

Cela n'est pas admissible.

On comprend qu'il soit plus confortable de traiter en douce avec les représentants des transporteurs français ou italiens qui, soit disant, se prévalent de la libre circulation des marchandises. Tant pis pour la santé publique. Et si l'Etat baisserait pavillon ?

© Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc - 2017

TOUS DROITS RESERVES

MENTIONS LEGALES - PLAN DU SITE