Slideshow CK

Fil de navigation

. Dans la course vers les objectifs de l'association et la défense de ce qui nous reste de cadre de vie, j'ai connu davantage d'inertie, de reculs, de volte-face que de véritables avancées. Mais là, je touche le fond: Un mal sournois comme une tumeur maligne ronge nos belles montagnes et nos versants: La fièvre blanche. On ne parle que d'elle, dans la rue et dans les médias, au point de reléguer tout le reste, chômage, attentats, et même festivités de fin d'année, au rang de péripéties désuettes.

La neige, la neige, la neige. Il n'y en a pas ou si peu que les stations s'enfièvrent, comme le climat, seul le tiroir caisse reste froid. Alors tous les moyens sont bons, la température monte et vient la phase du délire: On fait appel aux hélicoptères pour transporter des centaines de tonnes de neige qu'on prend en zone élevée pour l'étendre sur le gazon maudit en bandes de 10 mètres de large pour satisfaire les caprices et éviter le courroux de riches hivernants venus en avions des quatre coins de la planète. D'abord dans des stations des Alpes du sud, puis le mal étant fort contagieux, en Savoie, puis à Manigod et aux Houches au pays du Mont-Blanc. Et oui même ici: En ces lieux où viennent, en été, s'apitoyer les ministres, et non des moindres, devant le recul des glaciers, verser leur petite larme médiatico-électorale, avec la promesse de trouver des remèdes au plus vite. Quelle hypocrisie, quelle incompétence, quelle irresponsabilité!

Je trouve qu'il y a quelque chose d'indécent, de scandaleux, de contre-nature, de révoltant à voir et entendre ces centaines de rotations d'hélicoptères, validant le mythe de Sisyphe dans une indifférence quasi générale. Je crains hélas que le manque d'indignation justifie l'accepatation. Jusqu'à approuver peut-être, dans un avenir pas si lointain, l'aménagement  des faces nord du Mont-Maudit et du Mont-Blanc du Tacul en stations douillettes et sécurisées. Là haut au moins l'enneigement est assuré pour quelques décennies encore, et l'air est encore à peu près respirable. Bonne Année à tous! Simon Métral.

sclaf

 

© Association pour le Respect du Site du Mont-Blanc - 2017

TOUS DROITS RESERVES

MENTIONS LEGALES - PLAN DU SITE

une réalisation WATOOWEB